mercredi, 17 avril 2013 08:46

Du nascar aux chaussons de danse

Évaluer cet élément
(9 Votes)

L’Aventure initiatique des Nouveaux Guerriers (AING) ouvre aux hommes qui y « survivent » la possibilité de traverser une étape particulière dans leur vie d’homme. Cette aventure rituelle les invite à regarder et travailler en eux des éléments forts de leur masculinité… mais aussi leurs faiblesses. Un homme qui vient de la vivre partage les bénéfices de son AING et de son cycle d'intégration, dans un texte travaillé avec son tout jeune groupe d'intégration.

 

Avant ce week-end inoubliable, je dois confesser ici que je n’avais jamais vraiment aimé jouer aux petites voitures quand j’étais enfant, ni lire Auto+ en devenant adulte, ou encore suivre les résultats sportifs des meilleures équipes de foot. Après l’AING, cela n’a pas changé. Pourtant, je me sens mieux aligné avec ma virilité et je fais le choix dans ces lignes d’utiliser quatre images liées à l’automobile et au sport-télévisuel pour partager mes avancées, menées lors de mon cycle d’intégration.

Ce cycle de dix séquences, prolongement du week-end, m’a offert un nouvel équipement pour continuer mon voyage.

  • Un rétroviseur. Longtemps, j’avançais tout droit et je constatais les conséquences des conséquences des conséquences de mes actes. Depuis, je commence à fréquemment utiliser un rétroviseur qui s’invite devant moi, en haut à droite de mon champ de vision, pour me regarder moi-même et observer la situation qui vient instantanément de se produire. J’ai accès à une vision meta qui me permet de gagner en claire-voyance, lucidité, conscience sur la manière dont je me comporte, comment j’agis. Ce rétroviseur me donne une lecture instantanée (plus ou moins précise, mais je progresse) sur ce que je ressens : les sensations qui me traversent et le contexte dans lequel je me suis placé pour les ressentir.
  • Une télécommande. Longtemps, je me réfugiais dans l’action. Avec enthousiasme, énergie, détermination, je collais à mon acte : j'agissais et je réagissais au quart de tour. Depuis, je commence à utiliser une télécommande qui me permet de rentrer dans ces phases de jeu en « vitesse au ralenti ». J’observe les rouages qui entrainent mes mouvements : je regarde à l’œuvre certains moteurs, certains automatismes. Je rejoue les scènes : je peux revenir en arrière, faire un « arrêt sur image», accélérer. Je gagne en acuité sur la manière dont je me comporte : j’ai un regard plus fin, plus précis, sur mes ressorts et mes contraintes. Je dénoue peu à peu les emmêlements dans lesquels je m’asphyxiais.
  • Une boussole et une non-carte routière. Longtemps, j’avançais dans la vie un peu comme sur une carte routière. J’étais sur mon chemin et quand je rencontrais une bifurcation, je mettais en marche mon cerveau, mon mental, mon ego et je m’employais à « faire le bon choix ». Sur ce nouveau chemin choisi, je me félicitais de mon choix bien calculé ou, à l’inverse, je doutais de la route finalement prise. Je restais, dans les deux cas, accroché, par la pensée, à une bifurcation dont je n’avais pas choisi l’existence : j’avais juste joué autour du fait qu’elle s’imposait à moi. Depuis le cycle d’intégration, je commence à discerner l’absence de chemin : la vie se présente de plus en plus comme un espace sans carte, sans choix prédéfini. Ainsi, je m’invite à différencier « choisir » et « décider » : je fais partir ma décision d’une intention personnelle, je la construis, l’articule dans le vivant, la maintiens avec volonté et confiance. Je m’appuie sur ma propre boussole et magnétise mon cap.
  • Du nascar aux chaussons de danse. Longtemps, j’évoluais sur un espace délimité, circonscrit, contraignant. Je jouais un peu aux auto-tamponneuses avec celles et ceux qui m’entouraient. Alors que chacun pouvait choisir sa direction, nous nous rentrions souvent dedans, par à-coup. C’était vrai côté pro et côté perso, en amour aussi. Je pouvais transformer cette piste en un circuit de vitesse : comme dans du nascar (course de voiture ultra-rapide où on voit parfois des carambolages monstres), nous allions alors dans la même direction mais, pourtant, à des vitesses différentes, les collisions continuaient. Je pestais contre ces différences d’allure, de tempo, de rythmes internes qui causaient des carambolages externes. Depuis le cycle d’intégration, je commence à descendre plus fréquemment de voiture : je garde mes chaussons de pilotage m’offrant une subtile adhérence au sol et je suis en train d’apprendre à danser. Les mouvements sont plus amples, plus légers… et surtout invitent à jouer la complémentarité : nous dansons progressivement ensemble, à nos rythmes, libres. Les dynamiques de confrontations, d’oppositions laissent la place à la complémentarité et à l’union.

Ces images sont des esquisses des changements personnels que je me représente depuis le cycle d’intégration. Ces transformations commencent tout juste pour moi et s’écrivent au crayon de papier : j’en parle et les vis tout juste… je les vis et en prend conscience à peine. Mon travail est à l’œuvre. Le fait d’observer ces nouvelles lignes de vie également sur les trajectoires des hommes de mon groupe d’intégration m’aide. Nous co-avançons. Nos aventures continuent… entre hommes, avec mes proches et les autres personnes que j’ai la joie de rencontrer, mieux installé dans ma mission d'homme.

Olivier M.

5836 Dernière modification le mardi, 09 juillet 2013 20:38

Dernières News

  • Les Anglais osent : une campagne contre le cancer des testicules ! +

    Les Anglais osent : une campagne contre le cancer des testicules ! Certains tabous peuvent causer la mort. Parce qu'ils n'osent pas se toucher, ou parler de leur corps, beaucoup d'hommes meurent En savoir plus
  • Après la domination, retrouver la puissance +

    Qu’en est-il de « la domination masculine » ? Alors que, sous ce même titre, le sociologue Pierre Bourdieu avait analysé les rapports En savoir plus
  • Le retour du Guerrier +

    Chaque Aventure initiatique des Nouveaux Guerriers est prolongée par une soirée « de retour ». Occasion pour chaque homme qui a vécu En savoir plus
  • Dark Knight : un Nouveau Guerrier ? +

    La sortie de The dark knight rises, dernier volet de la trilogie Batman de Christopher Nolan, est l’occasion de revenir En savoir plus
  • La vierge et les sept petits-hommes +

    La vierge et les sept petits-hommes Tous les matins, je lèche en passant les vitrines des Galeries Lafayette parisiennes. Depuis quelques jours, elles se sont remplies En savoir plus
  • 1

Nos prochaines AING

ManKind Project Europe francophone (MKP-EF) est une association à but non lucratif (loi 1901) qui organise des initiations à la masculinité.
Nous aidons les hommes à traverser la vie et ses challenges, à tout âge et quelle que soit leur problématique.

Notre principale activité est l'organisation de l'Aventure initiatique des Nouveaux Guerriers (AING), considérée par beaucoup comme un des plus intenses et puissants week-end de travail pour les hommes.

MKP-EF n'est affilié à aucune religion et à aucun parti politique.

Nous cherchons à être les plus inclusifs possible et à être conscients des différences culturelles entre les hommes.

Vous inscrire à l'AING

mailcontact @mkpef.org